G.P.I.O. G.L.L.R.

Grand Prieuré Indépendant d'Occitanie
Grande Loge des Loges Réunies

➩ Réception ➩ Editotial ➩ Buts

Permettez-nous de vous souhaiter la bienvenue

Une étoile d'Or à septs raies

Permettez-nous de vous souhaiter la bienvenue sur le site du Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie (G.P.I.O.) et de sa Grande Loge des Loges Réunies (G.L.L.R.). Ils forment un ordre maçonnique mixte, recevant des femmes et des hommes, dans le respect de la tradition des ordres de chevalerie médiévaux. En pratiquant les deux rites, le Rite de Stricte Observance (R.S.O.) de 1764 et le Rite Ecossais Rectifié (R.E.R.) de 1802 le G.P.I.O. poursuit l’œuvre accomplie par ses prédécesseurs, le baron Von HUND et Jean-Baptiste WILLERMOZ dans une fidélité aux traditions maçonniques.

Un phénix d'Argent sur un feu de Gueules, becqueté d'Or et lampassé de Gueule

Et si vous étiez un cherchant qui s’ignore ?

Avant de poursuivre votre lecture, tentons en quelques mots de donner une vision de la franc-maçonnerie que nous vivons dans les Loges de la G.L.L.R.. L’idée première du cheminement est, à l’instar de Jean-Baptiste Willermoz, de tâcher de rétablir l’homme dans l’état de ses droits primitifs.

Il peut ainsi recevoir la connaissance de ce qu’il a été, savoir vers quoi ou vers qui il doit aller pour se retrouver dans son intégrité spirituelle. La finalité de cette démarche est la reconstruction de son Temple Intérieur.

Le franc-maçon doit toujours être :

  • un Cherchant infatigable qui ne se limite pas à ses propres présomptions.
  • un Persévérant qui dans toutes connaissances, cherche sa voie.
  • un Souffrant s'écartant parfois pour mieux retrouver son chemin.

Soucieux de ses trois points, il lui faut sans cesse faire preuve de reconnaissance et de fidélité envers les personnes rencontrées qui lui ont apporté des pistes de réflexion, de détermination sur la façon de construire sa propre pensée. Dans un souci permanent d’humilité il écoute, apprend et se transforme mais surtout il développe une plus grande hauteur de vue avec un mélange de réalisme et de clairvoyance.

Le G.P.I.O. est une organisation maçonnique structurée et réfléchie car on ne peut guère obtenir une pensée structurée dans une société de pensée déstructurée. Il possède une dimension spirituelle avec des grades de Chevalerie qui opèrent en chacun une sorte de « mutation » des idéaux et il propose un parcours initiatique qui trouve sa source dans la Tradition Chrétienne.

L'Ordre propose ainsi les moyens d’une élévation spirituelle, sans dogmes ou églises, en trois étapes :

  • un cheminement symbolique.
  • une mise en œuvre réelle et bienfaisante par un modèle chevaleresque.
  • un conservatoire de protection du parcours initiatique.

C’est ainsi que l’homme peut revenir au centre de lui-même, dans une réalisation spirituelle qui le replace aussi au centre du monde matériel dans lequel il vit.

Poursuivez cette lecture et vos réflexions, les vantaux de la porte vous sont toujours ouverts.

Le Grand Maître

L'éditorial du Grand Maître National et Grand Prieur

En ce jour de la Saint-Georges 2022

En ce jour de la Saint-Georges 2022, ce samedi 23 avril, jour de la fête annuelle de l’Ordre, le Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie vient de vivre une date importante. Convoqués pour une tenue solennelle de la Grande Loge des Loges Réunies les Frères et Sœurs ont participé à l’installation du nouveau Grand Maître National.

La passation s’est donc faite du maintenant Passé-Grand Maître National, Eques a Sancto Jacobo, au nouveau Grand Maître National Eques a Rosis Sancti Jacobi, ceci sous l’égide d’un Ordre supérieur garant de la légitimité maçonnique nécessaire à la régularité de cette transmission.

C’est avec une émotion à peine retenue que le nouveau Grand Maître National a reçu un nouveau bâton de commandement et les « outils » présents le jour de l’installation du Grand Prieuré en 1994 dont il devient le gardien et qu’il devra transmettre à son successeur.

Le nouveau Grand Maître National, le Passé Grand Maître National se joignent à l’ensemble des Frères et Sœurs du Grand Prieuré et de sa Grande Loge pour remercier les Sœurs et les Frères venues de d’autres horizons participer à cette journée, accueillir, reconnaitre et soutenir le nouveau Grand Maître et par là même le Grand Prieuré.

DISCOURS DU NOUVEAU GRAND MAITRE NATIONAL

C’est donc moi ! Voila bien une chose dont je n’ai pas l’habitude, celle de faire des discours. De quoi vous entretenir pour meubler ce point de l’ordre du jour, pour meubler ce temps de cette nouvelle tenue conjointe de la Grande Loge des Loges Réunies et du Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie.

Qu’attendez-vous de moi ? Ne pourrions-nous pas plutôt passer outre ce temps ou plutôt tout de même le passer ensemble, peut-être en silence, pour l’apprécier au-delà de tout discours de toute parole, vaine, et laisser le silence nous envahir, nous ouvrir à l’esprit de cette journée solennelle.

Car finalement, les choses se font dans la continuité, dans la continuité de la transmission, dans la continuité des transmissions nécessaires à la pérennité de l’Ordre en particulier et de la Franc-maçonnerie en générale.

Mieux, disons que nous œuvrons aujourd’hui à la pérennité du Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie œuvrant lui à la pérennité de la Maçonnerie et à celle de l’Ordre.

Ainsi donc mes Sœurs et mes Frères, je vous remercie de votre présence à cette nouvelle tenue de la Grande Loge des Loges Réunies.

Devrais-je là vous distinguer selon vos grades et vos fonctions, selon que vous être visiteurs de l’extérieur ou visitant du dedans de l’Ordre ? Et pour ce faire vous ranger, vous désigner suivant les formes et quantités de couleurs et de symboles qui émaillent et meublent vos tabliers.

Ainsi mes Sœurs et mes Frères visiteurs, dignitaires d’Ordres connus et amis qui prenez soin de nous accompagner ce jour, ainsi mes Sœurs et mes Frères Dignitaires et Grands Dignitaires du Grand Prieuré qui œuvrez avec soins en ce jour, ainsi mes Sœurs et mes Frères Maîtres et Compagnons que je reconnais toujours et encore comme tel aujourd’hui, ainsi mes Sœurs et mes Frères Apprentis qui êtes l’avenir de l’Ordre, je vous remercie tous pour votre présence et de m’entourer en ce moment particulier.

Les couleurs, les signes et symboles s’effacent de nos tabliers, la fraternité elle perdure par ces mêmes tabliers que nous avons tous reçus comme étant le signe que nous sommes maçons. […]

---

La vie des Ordres maçonniques et autres Obédiences et finalement des maçons n’est pas un long fleuve tranquille. L’important est que chacun puisse vivre, vivre en conscience son chemin. Oui, chaque Frère à un chemin à parcourir à inventer, à découvrir. Chaque chemin est personnel unique et ne peut effectivement que se jalonner de points de rencontre, de tronçons communs, de bifurcations, de séparations, de rassemblements, d’écartements, d’initiations, de retrouvailles, que sais-je encore.

C’est bien tous nos chemins individuels, traduits par la pluralité de nos Loges, des Ordres maçonniques et des Obédiences, qui font la richesse de la Franc-maçonnerie universelle.

Quelle joie aurions-nous sinon de nous retrouver dans nos habitudes communes. Cultivons plutôt un esprit de tolérance, d’ouverture de conciliation. Soyons heureux, joyeux de nous trouver de nous retrouver dans cette sainte fraternité issue elle d’un Ordre supérieur.


Que vous dire de plus ? Nous rappeler que le Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie à été installé le 2 juillet 1994 et que ses fondateurs ont depuis par leurs hautes habilitations maçonniques installés d’autres Ordres, certes. Nous rappeler sa restructuration le 20 juin 2020 par la création de la Grande Loge des Loges Réunies afin d’y recevoir les Loges qui y ont demandé leur affiliation. Nous rappeler que la Grande Loge, […] ne demande qu’à grandir.

Nous rappeler que la qualité des travaux, n’attend pas la quantité de Loges et le nombre de Frères qui les composent mais qu’il est certain que chaque réception, si elle bouscule la Loge, peut aussi révéler un Frère et un beau chemin.

Comment nous inciter à parrainer tout profane que nous jugerions bon de nous rejoindre ? Comment nous inciter à bousculer chaque Loge par de nouvelles réceptions pour, plutôt que s’endormir sur de confortables habitudes, se rendre utile pour le bien des Apprentis, revenir ensemble à de bonnes bases par des travaux qui nous ancrent dans une si belle maçonnerie.

Faut-il ne pas hésiter à se dévoiler et recevoir nombre d’Apprentis dans nos Loges pour qu’avec le temps, des chemins maçonniques se rencontrent, se croisent, se révèlent, se côtoient et souhaitons-le, perdurent au sein de l’Ordre ?


Somment-nous trop exigeants, trop intellectuels, trop spirituels ? Quelle prétention ! Quelles prétentions avons-nous de croire ou plutôt de ne pas croire bien souvent notre première impression ou intuition issue d’une simple rencontre, disons opérative avec une personne qui finalement se révèlerait parmi nous.

C’est peut être dans l’opérativité, dans l’opérativité de l’homme et du cœur, qu’il faut reconnaitre le maçon et par là même le profane susceptible de le devenir. Oui, nous ne faisons pas partie d’une maçonnerie spéculative s’opposant à une maçonnerie opérative.

Si historiquement la maçonnerie pouvait être corporative, l’opérativité des corporations de métiers à perdurer dans la maçonnerie spirituelle que nous pratiquons aujourd’hui. Cette opérativité se traduit par des qualités qui peuvent être reconnues chez des profanes et qui sont, disons conscientisées et cultivées et élevées chez les maçons.

Des qualités de charité, d’entre-aide, de travail, de ponctualité, d’assiduité, de présence, de constance, de devoir et tant d’autres encore. Des qualités reconnaissables chez tant d’hommes et que les maçons ont le devoir et l’obligation de développer pour leur propre réalisation spirituelle et initiatique.


Bien, ce sont là des qualités extérieures qui témoignent d’un cheminement intérieur et je le répète, c’est ma phrase du moment, la vie du maçon n’est pas un long fleuve tranquille.

Faut-il nécessairement que nous rencontrions quelque fatigue, quelque lassitude, quelques doute, quelque désert, quelque solitude ? Faut-il que nous ayons les uns les autres quelque faiblesse personnelle ?

Et bien, je crois que oui, que ce sont là les nécessités de nos chemins spirituels individuels. Qu’elles sont là pour nous questionner, et finalement pour nous affermir dans notre voie.

Car de toute façons ces faiblesses, non, le partage de ces faiblesses fait parti disons d’une méthode maçonniques : « Je comprends aujourd’hui que ces prétendues lacunes constituent la matière à transformer, chez nous-mêmes et chez l’autre, elles représentent finalement une vraie richesse et sont le carburant de nos travaux maçonniques. »


La transmission de ce jour est le résultat d’échanges constants avec notre maintenant Passé Grand-Maître National. Il a pris le temps nécessaire à faire germer dans mon esprit la possibilité que je puisse un jour assumer cette charge. Il a cultivé cette idée, mine de rien, avec conviction et dans le respect de mon rythme de mes silences.

Je n’ai guère d’ambition d’office ou de fonction au sein de l’Ordre. Après un tour de table, qui a donc été un tour du Grand Chapitre selon les statuts de l’Ordre, je n’ai pas été contre et j’ai ainsi été élu Grand Maitre National et Grand Prieur du Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie, Très Révérendissime Grand Maître National.

Si cette titulature est statutaire, je vais prendre de temps de me l’approprier. C’est là, mes bien chères Sœurs, mes bien aimés Frères, un trait de caractère profond de votre nouveau Grand Maître National qui se présente à vous, et que je résume, définis par cette sentence, cette devise : « Silence et conviction. »

Oui, il semble que j’ai quelques qualités d’organisation et de méthode qui font que déjà je puisse assumer le mieux possible l’aspect administratif de cet office, j’ai effectivement du temps pour cela. Toutefois, je sais bien que je devrai faire quelque effort dans son aspect relationnel car le temps nécessaire à mes convictions me fait parfois ne pas oser me rapprocher de mes Frères. Je suis réservé, c’est bien là le moindre mot que je puisse vous dire.

Les relations humaines sont des jeux de dominos et j’ai appris, d’ailleurs par une transmission précédente, que l’équilibre fraternel des dominos maçonniques est plus subtil que celui des profanes ; et qu’au titre de Grand Chancelier et maintenant de Grand Maître, nous sommes souvent l’initiateur de la poussée du premier domino de toute une chaine.


Mes biens chères Sœurs, mes biens aimés Frères, j’ose espérer avoir votre soutien. Car, l’édifice que nous construisons ensemble est la résultante du maintien de toutes les pierres qui le constitue. Des pierres de fondement cachées qui supportent et ancrent l’édifice dans le sol ; des pierres de parement qui en embellissent les murs et qui contiennent les pierres de remblais intérieur qui en assurent elles la solidité ; des pierres d’arc-boutant qui contiennent et transmettent la poussée venant de la voute ; des pierres de voute qui couvrent l’édifice et lui offre sa résonnance ; de la clé de voute qui verrouille le tout, certes nécessaire mais qui resterait seule abandonnée sans l’ensemble de toutes celles de l’édifice.

Ainsi, l’édifice soutenu par tous, sous la tension de tous les liens qui nous unissent, résonne alors à l’unisson pour le bénéfice et l’élévation de chacun.

Ainsi mes biens chères Sœurs mes biens aimés Frères, puissiez-vous en toute chose venir vers moi si vous sentier quelque dissonance dans la nouvelle résonnance que ma fonction va nécessairement donner à l’Ordre.

Nul n’est propriétaire de l’Ordre, il n’est pas le fait d’un seul homme, il est autre, libre des maçons qui le composent. Si nous sommes à son service, il est aussi au notre.


Il nous donne une méthode : à chaque tenue de ses Loges, à chaque entrée de ses Apprentis, à chaque réception de ses Frères en différents grades, à chaque Chapitre de son Ordre Intérieur, nous élevons collectivement une horizontalité supplémentaire de l’édifice.

C’est de ces horizontalités collectives construites ensemble, que nait chaque verticalité individuelle des maçons qui œuvrent à l’édifice. Il s’agit pour chacun de faire converger horizontalité-collective et verticalité-individuelle ceci par le moyen des rituels. Ceux-ci deviennent alors un dialogue, un dialogue rituel entre ces deux dimensions. Une qualité d’action personnelle et interpersonnelle véritablement édifiante.

Mais pour travailler à cette méthode offerte, il est nécessaire de s’engager dans le soutien des tenues, qui sont, je le rappelle, des tenues d’obligation. C’est bien de notre engagement, de notre assiduité, de nos présences disons réguliers et horizontaux, que nait une liberté individuelle favorable à notre élévation personnelle.

« La franc-maçonnerie est un ordre initiatique, car elle accueille la profonde recherche intérieure de chacun ; est un ordre rituel car elle possède la méthode pour faire en sorte que les chemins spirituels de ses membres interagissent dans leur diversité et leur unicité ; est enfin un véritable dialogue rituel car elle s’efforce d’établir des relations harmonieuses pleinement conscientes qui s’inspirent d’une l’harmonie cosmique et de son symbolisme. »


Et bien, mes biens chères Sœurs, mes biens aimés Frères, voila bien un développement lassant et inutile, de pauvres paroles, manifestation dérisoire de mon état d’esprit en ce jour. Je suis Laurent être réservé dans une profondeur marine laissant pénétrer une lumière d’Or et tâchant par le moyen de deux roses d’Argent de cheminer vers cette lumière en un soir rougeoyant.


Pour terminer, mes biens chères Sœurs, mes biens aimés Frères utilisant des mots qui ne sont pas tous les miens, mais qui m’ont aussi été transmis je dirai : Puisse cette journée être exceptionnelle, dans le cadre de mon installation, par un esprit de tolérance, d’ouverture et de réconciliation de chacun avec lui-même. Puissions nous goûter le bonheur de nous retrouver, de nous recevoir et de partager ensemble ce moment joyeux et fraternel. Puisse cette journée de transmission, nous permettre de nous aguerrir dans l’exemple du partage et d’échanger sur ce bien précieux qu’est la franc-maçonnerie universelle.

Je vous remercie.

Ainsi que Dieu nous soit en aide.
Vallée de NIORT le 23 avril 2022
Le Grand Maître National
Eques a Rosis Sancti Jacobi

Des buts du Grand Prieuré Indépendant d'Occitanie

Le Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie a pour but de maintenir et de rendre plus fort :

  • La foi en Dieu et la fidélité à la religion chrétienne.
  • La fidélité aux Principes du Régime Ecossais Rectifié.
  • La fidélité aux Principes du Rite de Stricte Observance.
  • Le perfectionnement individuel des facultés spirituelles.
  • L'exercice d'une bienfaisance active, éclairée et permanente envers tous les êtres vivants.

Pour y parvenir, il s’appuie dans ses travaux actuels sur les deux documents historiques du XVIIIème, les codes qui fondent le Régime Ecossais Rectifié et le Rite de Stricte Observance.

Traduction possibles des trois premiers articles du code de la Stricte Observance :

  • I : Eques T Deo Triuno se totum devo vene tenetum : Un Chevalier du Temple doit de dévouer en entier à Dieu, seul en trois personnes.
  • II : Labia ejus vinculis taciturnitatis angelicae capistrata junto : Ses lèvres doivent être enchainées par les liens d'un silence angélique.
  • III : obedentiam O regulas y non dispensatus obnixe teneat : Il doit observé strictement l'obéissance à l'Ordre et aux règles non dispensés.

et des Sœurs et des Frères

La franc-maçonnerie de type traditionnelle que nous pratiquons permet de poser les pierres, certes virtuelles, à la gloire de Dieu, Grand Architecte de l’Univers, pour construire notre temple intérieur, sorte de justification rationnelle de notre foi intérieure. Malgré des différences cultuelles nous croyons en un même Dieu, dans la simplicité de son nom commun, et nous nous consacrons à nos points de convergence, en foi de quoi nous tentons d’être le « cercle de l’Union ». Mille voix intérieures sont entendues par chaque homme et les réunir nous fait progresser dans notre spiritualité intérieure.

Retour en haut de la page