GPIO GLRR : Ecu du Grand Prieuré Indépendant d'Occitanie

Grand Prieuré Indépendant d'Occitanie

Grande Loge des Loges Réunies

Bienvenue

Permettez-nous de vous souhaiter la bienvenue sur le site du Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie et de sa Grande Loge des Loges Réunies. Le G.P.I.O. et la G.L.L.R. forment un ordre maçonnique dans la tradition des grands ordres de chevalerie médiévale. Plus particulièrement le G.P.I.O. est constitué sous forme d’association et est un ordre maçonnique, initiatique et traditionnel dont l’essence repose sur l’invocation du Grand Architecte de l’Univers. Ses membres sont soumis aux règles traditionnelles de la Franc-maçonnerie régulière.

Le Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie est un ordre mixte et reçoit en son sein des Sœurs et des Frères.


Le Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie déclare comme essentielle la soumission aux souverains ou chefs d’Etat, l’attachement à la religion chrétienne, l’observance exacte des lois sociales et l’accomplissement des devoirs de l’Etat où la providence a placé chaque individu. Le Grand Prieuré se doit de se distinguer par des effets de bienfaisance pour ses membres ainsi que pour tous ses concitoyens et considère le travail comme un devoir essentiel de l’homme honorant le travail intellectuel et manuel.

Le Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie n’impose aucune limite à la recherche de la vérité et exige de tous la pratique d’une véritable Tolérance. Il donne l’entrée aux profanes qui sont en accord avec l’existence d’un principe créateur sous le nom de Grand Architecte de l’Univers.

Le Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie interdit dans ses Loges et en Chapitre toute discussion politique et religieuse. Il n’est pas une religion et sa doctrine est toute entière basée sur ce beau précepte Aime ton prochain. Sa morale est basée sur le respect total de l’autre et a comme première vertu l’Humanité.

« La tentation d’Hiram »

Bonjour et bienvenue sur notre site. Nous vous invitons à y voyager et à découvrir au détour des « onglets » des éléments de réponse à vos questionnements sur la Franc-maçonnerie en général et le Grand Prieuré d'Occitanie en particulier.

Oser s’aventurer dans cet espace non balisé d’un savoir réel pour poser à votre manière des questions sur le sens, sur les principes, sur nos valeurs vous permet de faire le premier pas en maçonnerie.

En Franc-maçonnerie nous n’avons pas de réponse toute faite, rien n’est dogmatique. Nos réponses sur certains points ne sont que des réponses individuelles mais non représentatives de la pensée de tous. Nos réponses ne sont pas extensibles à tous et nous ne désirons pas les imposer, nous ne posons en quelque sorte qu’une pierre de touche pour vous permettre d’aller plus loin dans votre recherche, dans votre quête spirituelle.

Notre pratique de Loge est une pratique de sociabilité centrée sur l’écoute de l’autre de façon pacifique en régulant nos échanges. Nous incitons au dialogue et à travailler sur soi ses propres convictions mais plus sûrement sur la façon de les exprimer. Chacun peut ainsi clarifier dans un ensemble attentif ses opinions sans ressentir un quelconque jugement de ses propos.

Il est vrai que l’initiation ou réception dans nos Loges peut provoquer un processus de transformation intime car nous aspirons tous à retrouver la lumière d’une Connaissance. Mais cette démarche initiatique n’est jamais collective, elle n’est que personnelle. Nous ne sommes présents que pour accompagner le cherchant sans jamais le juger ni lui donner « des recettes ». La vérité de chaque réalité se trouve au fond de nous, à nous de la découvrir et ce processus débute en franc-maçonnerie par une réception où chacun peut ensuite s’initier lui-même aux sciences sacrées. L’initiation est plutôt l’exploration de terrains vagues qui persistent à chaque époque en périphérie du savoir. André Kervella.

Au cours de votre réception vous tenterez de sortir de votre « ombre » pour tenter de vivre en pleine lumière mais vous ne parviendrez jamais à la dissiper totalement. Il vous faudra donc vivre avec elle et la maitriser, l’apprivoiser.

La liberté de conscience s’accommode de l’incertitude du lendemain qui se lève car si tout était écrit d’avance et s’il ne restait pas quelque mystère à découvrir en soi il faudrait que notre espèce humaine devienne une « armée d’automates ». Nous avons le choix entre une multitude de croyances pour arriver à trouver notre chemin, tous les chemins mènent à Rome disait un proverbe populaire et tous les chemins mènent à soi mais nous avons choisi comme « ligne bleue » la religion chrétienne que nous vivons non comme une église mais comme un perpétuel questionnement sur notre vie et son devenir. Nous acceptons ainsi la grande multiplicité des choix de chacun sachant que chaque expérience subjective ne vaut que pour soi-même. Nous n’aimons guère les formules toutes faites, à chacun d’entre nous de trouver celle qui lui convient le mieux.

La vie existe, elle EST. Le sens de la vie est toujours un mystère à découvrir, vivre pour soi, pour les autres ou simplement vivre pour vivre, ce choix cornélien nous est toujours offert.

La franc-maçonnerie dans son vaste choix de mode d’accès à la connaissance est un moyen pour l’homme libre de trouver des conditions favorables au travail de sa pensée, libre et volontaire. Nos légendes, nos symboles, nos allégories, nos hiéroglyphes sont des « prétextes » à stimuler la pensée, pour laisser résonner en nous notre propre pensée pour y découvrir un sens à notre vie.

A nous de découvrir en nous ce que nous avons de commun avec l’humanité, avec les êtres qui la composent et de découvrir les différences qui résultent de notre itinéraire particulier dans une spiritualité partagée. Notre recherche n’ira pas vers ce qui relie les hommes à nous mais plutôt vers ce qui nous relie aux hommes. Par l’initiation maçonnique un long processus de maturation spirituelle va commencer, maturation intérieure correspondant à un cheminement intérieur simplement.

Tendez votre main et nous serons à vos côtés pour votre entrée dans votre quête intérieure faite de voyages, d’épreuves symboliques, d’écoute sans imitation dans votre temple intérieur.

Le Grand Maître National et Grand Prieur
Eques a Sancto Jacobo.

Editorial

Le Rite Ecossais Rectifié et le Rite de Stricte Observance véhiculent de facto le plus pur esprit du Christianisme primitif, celui du Piétisme comme celui du Christianisme primitif de Louis Claude de saint Martin. Ainsi ces rites templiers porteraient en eux l’esprit d’origine du Christianisme.

Mais cet esprit propre n’est pas résumé dans le seul fait d’une sorte de commandement d’amour. Nous savons que la finalité des rites rectifiés est l’Amour du prochain.

Mais l’empathie n’est pas la quintessence de l’Amour, la compassion ne l’est pas non plus si nous n’avons pas conscience que « cette mission ultime » nous demandant d’aimer possède en quelque sorte un double objet, voire une double nature. Il y a Dieu et « son prochain » et il y a « l’Amour et la Lumière » c’est-à-dire qu’il nous faut joindre ces deux notions, « aimer son prochain et la Connaissance » pour aboutir à cette phase ultime du « Aimer son prochain ».

Il faut que notre cerveau s’unisse avec notre cœur pour qu’il y ait une réalisation spirituelle complète. Si « notre cœur est notre véritable temple » nous devons le construire en semant en lui toutes nos Connaissances qui en forment les matériaux.

La Franc-maçonnerie n’a-t-elle pas été fondée par un Ordre primitif, un Ordre essentiel, et dans ce cadre elle ne doit pas vivre que dans l’ombre de cet Ordre essentiel.

Cette notion donne un cadre mixte à l’initiation maçonnique. Comme le but de la Franc-maçonnerie est également mixte par essence nous découvrons un but visible comme la bienfaisance et un but invisible comme l’étude des sciences, sciences métaphysiques comme les Sciences de l’homme.

La Franc-maçonnerie dans ses rites rectifiés apprend à l’homme la science par palier, par grades, par degrés, semblant nous répéter que « le mieux est à venir » en nous présentant de moins en moins de symboles, des vérités plus « dénudées », des réalisations plus nombreuses et plus larges.

Si nous pensons que la Franc-maçonnerie n’est qu’une association de membres qui ne doivent que pratiquer « une Fraternité d’amour », qu’une pratique quotidienne de « bisous-bisous », aucune réalisation spirituelle ne pourra vraiment naître. Ce n’est pas l’Amour/tolérance qui crée la liberté du maçon, même si cela peut nous paraître suffisant.

L’Amour du prochain étant la finalité de notre existence de maçons nous demande ainsi plus d’efforts pour nous élever à ce but, à cette finalité. Cet Amour, nous devons le construire, pierre par pierre, étape par étape, marche par marche pour le comprendre afin de le Vivre intérieurement et extérieurement. Et c’est ainsi que nous serons enfin libres, homme libre dans une loge libre, homme libre dans un corps libre, âme libre dans un esprit libre dégagé de toutes scories profanes, de tout voile profane obstruant cette qualité d’Amour primordial dans notre avancement spirituel vers l’Unité, vers l’UN.

en ce 24 juin 2020
Le Grand Maître National et Grand Prieur
Eques a Sancto Jacobo.

Des éditoriaux passés
  • ➩ De l'Ouverture de l'année 2020
Editorial

L’année 2020 s’ouvre pour le Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie avec l’ouverture de ce site internet dont nous remercions les concepteurs car sans eux ce site n’aurait pas vu le jour.

Le Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie se compose de membres, hommes et femmes, professant la religion chrétienne. Nous travaillons dans la verticalité de cette religion chrétienne qui nous unit contrairement à une pratique de Tradition chrétienne qui peut amener un certain dogmatisme.

Notre Foi va à l’encontre de la religiosité élastique de ceux qui s’accommodent de manquement à leurs préceptes quand le plaisir ou le désir s’invite dans leur lit. Nos règles vont dans le sens de l’Amour des autres, les autres nous-mêmes pourrait-on dire.

Loin d’inspirer la morale, la religion chrétienne est plutôt inspirée par elle. Notre volonté est de se comporter selon un certain nombre de règles clairement formulées qui garantissent une cohésion entre tous les habitants de la terre.

En Loge nous n’abordons pas les débats politiques ou religieux, il existe déjà des lieux pour le faire, c’est d’ailleurs notre devoir d’homme de participer à la vie de notre planète. A l’aide de symboles, de hiéroglyphes, de la symbolique, nous travaillons sur nous-mêmes pour notre propre évolution spirituelle qui est même parfois supérieure à la Foi qui nous conduit.

Oui le Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie se compose de Sœurs et de Frères professant la religion chrétienne. Nous avons pleinement conscience des origines de la franc-maçonnerie à savoir la création d’une organisation sociale pouvant servir de paradigme à une organisation sociale dans son ensemble. C’est d’ailleurs pour cette raison que furent exclus des Loges les débats politiques ou religieux. Notre volonté première est de connaitre ce qu’est la spiritualité puis par une sorte d’emprunt de s’élever plus encore en spiritualité.

Le Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie à l’instar d’autres maçonneries possède des pratiques et des usages qui s’acquièrent aisément par l’imitation ou l’écoute des déjà initiés, par un processus de lente maturation ou d’évolution intérieure correspondant à un cheminement personnel. Par des rites et par l’approfondissement de la spiritualité chacun est amené à sa propre élévation spirituelle. Il n’y a pas de ritualité sociale ni de dictats de pensées car la croyance en Dieu s’est toujours accompagnée de doutes, d’incertitudes, de prudence, de tentation d’y croire ou de résistances. Dans ce monde où l’envie de « plaisir » est roi il n’est pas toujours commode de « lâcher-prise ». Nos rites sont codifiés et ne s’improvisent pas car chaque rite possède son « âme » et dégage sa « spiritualité ». Nous nous plaçons bien à l’intérieur d’un abri où nous tentons de ne pas perdre nos sens, ces facultés qui nous permettent de magnifier l’esprit. Les rites que nous pratiquons sont immuables certes par notre propre volonté car on ne peut pas sans cesse tout modifier pour les mettre à son idée, à sa conception qui, elle, varie selon les époques, le temps ou les « vains plaisirs ». Grâce également aux métaphores nous pouvons avancer vers une spiritualité. L’idée générale pourrait être de penser que l’électricité donne une autre lumière que la chandelle, autre temps, autres mœurs disaient les anciens.

Grâce à un tapis dit de Loge posé sur le sol, nous pouvons aller jusqu’à s’introduire physiquement dans la représentation des hiéroglyphes et symboles que contient le tapis et nous en explorons les trois dimensions et ce tapis devient lui-même un symbole de la Franc-maçonnerie. Voilà notre démarche spirituelle dans notre travail fait dans une Loge où sont réunis ceux qui ont adhéré à l’association qui gère le lieu où nous travaillons.

Travailler dans un Temple maçonnique où sont codifiés de nombreux symboles et avec un rite pratiqué selon sa version originale (ici fin XVIIIème siècle) est-ce réducteur ? Même si l’immanence du dehors modifie parfois quelque peu nos pensées intimes, le temple nous permet de figer ce qui fuit, de faire durer l’éphémère, de lutter contre la versatilité des passions et des raisons. Il nous permet de nous poser et de réfléchir sur nous-même. Nos temples ne sont donc pas des lieux pour des événements mais pour nous permettre d’avancer en respirant en inspir et en expir, de mettre comme dans le symbole du puits tout ce qui est dehors le mettre dedans et ce qui est dedans de le mettre dehors. Il nous faut donc involuer si nous voulons évoluer. L’important ce n’est pas ce que nous mangeons, l’important c’est ce que nous digérons.

Nos réflexions sont très souvent empruntées à la Bible, aux textes des constructeurs ou aux textes sacrés reconnus par l’humanité. Par un travail d’analogie nous pouvons légitimement nous faire notre idée, notre propre opinion en comparant les argumentaires de tous car la pensée unique n’existe pas en histoire ni dans notre vie quotidienne, fort heureusement. Il existe bien une séparation entre ce qui est temporel et la spiritualité qui nous est propre.

Nous nous élevons contre tous les dogmatismes car nous nous interrogeons sur les limites de notre temple intérieur au moyen de nos rituels et rites. Notre ère de maturité n’est pas encore arrivée, nous ne pouvons qu’y tendre et nous tentons de nous rapprocher d’une lumière douce et bienfaisante.

Nous nous construisons dans la spiritualité, une construction qui ne s’arrête jamais. Même si dans notre société de type « évènementiel » le désir de paraître est très fort il nous faut donc lutter contre un désir de forclore la spiritualité, c’est-à-dire de laisser au-dehors ce que l’on ne peut pas maitriser ou qui mettrait trop de temps à nous être intelligible. Or rien n’est figé et tout est à apprendre. Nous ne nous revendiquons pas de l’Universel, nous avons notre particularisme que nous assumons : nous sommes de religion chrétienne.

Le Grand Maître National et Grand Prieur
Eques a Sancto Jacobo.

Circonstance du temps présent

D’abord, il te faut un masque, ce n’est pas un bâillon pour t’empêcher de parler. Ce n’est pas un déguisement pour te dissimuler. C’est un moyen de contrôler si ta parole fait vivre ou fait mourir. Rien n’est plus beau que la parole. Mais il y a des paroles qui trompent, il y a des paroles qui blessent. Il y a des paroles qui tuent. Il faut trier dans ce qui sort de ta bouche. Il faut trier dans ce que tu respires.

Ensuite tu dois te laver les mains souvent. Non pas comme Pilate, pour te prétendre innocent, non pas refuser de te salir les mains comme ceux qui avaient les mains propres mais n’avaient pas de mains. Non, oser toucher les choses, la boue, le sang, la mort pour soigner, pour enfanter, enterrer, combattre et vivre. Mais se laver les mains pour pouvoir innocemment étreindre, porter et aimer.

Enfin, prendre régulièrement ta température. Tu as besoin de garder la tête froide et échapper à la panique. Si la fièvre te prend, celle de l’or, du pouvoir, de la gloire, du succès, alors tu es un malade dangereux qui porte la mort autour de toi. Tu es devenu le mal. Il est temps de te faire soigner. Et s’il est trop tard, il est temps d’implorer le Pardon de Dieu.

Des buts du Grand Prieuré Indépendant d'Occitanie

Le Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie a pour but de maintenir et de rendre plus fort :

  • La foi en Dieu (Sainte Trinité).
  • La fidélité aux Principes du Régime Ecossais Rectifié.
  • La fidélité à la sainte religion chrétienne.
  • L'approfondissement de la spiritualité chrétienne.
  • Le perfectionnement individuel par l'action que tout homme doit faire sur lui-même pour faire progresser ses facultés spirituelles.
  • L'exercice d'une bienfaisance active et éclairée en tous instants envers tous les êtres vivants.

Pour ce faire le Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie est un ordre mixte qui ne peut admettre dans son sein que des chrétiens.

Pour ce faire, le code des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte de 1778 est la référence légale et historique prise en compte en ce qui concerne le Rite Ecossais Rectifié. Le code de la Stricte Observance du 2 octobre 1762 est la référence légale et historique prise en compte en ce qui concerne le Rite de Stricte Observance.

Traduction possibles des trois premiers articles du code de la Stricte Observance :

  • I : Eques T Deo Triuno se totum devo vene tenetum : Un Chevalier du Temple doit de dévouer en entier à Dieu, seul en trois personnes.
  • II : Labia ejus vinculis taciturnitatis angelicae capistrata junto : Ses lèvres doivent être enchainées par les liens d'un silence angélique.
  • III : obedentiam O regulas y non dispensatus obnixe teneat : Il doit observé strictement l'obéissance à l'Ordre et aux règles non dispensés.
et des Sœurs et des Frères

La franc-maçonnerie de type traditionnelle que nous pratiquons permet de poser les pierres, certes virtuelles, à la gloire de Dieu, Grand Architecte de l’Univers, pour construire notre temple intérieur, sorte de justification rationnelle de notre foi intérieure. Malgré des différences cultuelles nous croyons en un même Dieu, dans la simplicité de son nom commun, et nous nous consacrons à nos points de convergence, en foi de quoi nous tentons d’être le « cercle de l’Union ». Mille voix intérieures sont entendues par chaque homme et les réunir nous fait progresser dans notre spiritualité intérieure.


En ce jour du 23 avril, est la fête du Grand Prieuré Indépendant d'Occitanie, jour de la Saint Georges, patron de la chevalerie chrétienne.


En ce jour du 29 mai, Le Grand Chapitre du Grand Prieuré Indépendant d'Occitanie fait célébrer un office funèbre pour le repos de l'âme de Jean-Baptiste Willermoz, jour anniversaire de sa mort.


En ce jour du 8 novembre, Le Grand Chapitre du Grand Prieuré Indépendant d'Occitanie fait célébrer un office funèbre pour le repos de l'âme de Carl Gothelf Freiherr Von Hund und Alten-Grotkau, jour anniversaire de sa mort.