G.P.I.O. G.L.L.R.

Grand Prieuré Indépendant d'Occitanie
Grande Loge des Loges Réunies

Mémento : Des termes de la maçonnerie rectifiée

➩ Mémento ➩ Maçonnique ➩ Règles ➩ Héraldisme ➩ Vidéos
Une étoile d'Or à septs raies

En maçonnerie, les Sœurs et les Frères maçons utilisent un vocabulaire spécifique qui est parfois obscur pour les non initiés. Ceci est valable pour toutes les traditions. Aussi vous trouverez ici quelques définitions et explications. D’abord un glossaire des principaux termes maçonniques utilisés dans le site, puis une liste de pratiques maçonniques en générale et propres au Rite Ecossais Rectifié et au Rite de Stricte Observance dites règles non dispensées puis quelques termes d’héraldiques explicités en prenant l’exemple de l'écu du Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie, et enfin, en complément et au fur et à mesure de nos découvertes, des vidéos de maçons érudits explicitant certaines notions générales de maçonnerie.

Un phénix d'Argent sur un feu de Gueules, becqueté d'Or et lampassé de Gueule

C’est une question souvent discutée mais non point résolue, de savoir si la publication des livres de Maçonnerie est nuisible ou favorable à l’ordre. Je n’entreprendrai point de la résoudre ; je me contenterai d’observer que la forme de celui-ci peut satisfaire les deux opinions opposées, en ce qu’il ne peut instruire que mes FF..., et que c’est une sorte de labyrinthe dont le fil conducteur ne peut être saisi que par la main d’un M... Cet ouvrage manque à la littérature maçonnique ; je n’ai point la prétention d’avoir rempli ce vide, je crois seulement avoir indiqué comment on pouvait le remplir. Il est possible que cet essai donne naissance à un ouvrage de ce genre plus complet, et alors mon travail aurait été utile. Toutes les parties de l’antique édifice de l’initiation sont rassemblées est mêlée ici, et ne présentent en apparence qu’une assemblage confus de matériaux étrangers l’une à l’autre ; mais un ouvrier un peu exercé les peut réunir et classer, et en former un tout parfait.

Avant-propos du Dictionnaire maçonnique ou recueil d’Esquisses de toutes les parties de l’Edifice connu sous le nom de Maçonnerie de Charles François Nicolas Quentin et datant de 1825.

Dictionnaire maçonnique

Ce lexique, proposé par des spécialistes, donne leurs définitions possibles de termes de la Franc-maçonnerie en général.

  • ➩ Catéchisme :

    Les catéchismes par questions et réponses sont autant d’instructions sur les différents grades de la Franc-Maçonnerie. Ils sont une pratique constante de l’enseignement maçonnique et permettent de résumer l'esprit de chaque grade. Les Rites de Stricte Observance et Ecossais Rectifié, au moins dans leurs quatre premiers grades allégoriques (Apprenti, Compagnon, Maître et Maître-Ecossais), n’échappent pas à la règle. Leurs catéchismes permettent d’appréhender, par touches successives, le but de l’Ordre et de faire entrevoir aux Sœurs et Frères de plus grandes choses.

  • ➩ Convent :

    Convent est un terme d'origine monastique et vient du latin conventus, signifiant assemblée. C'est une assemblée générale, regroupant les représentants des Loges d'une obédience ou d'un ordre. Elle possède les pouvoirs les plus étendus (législatifs et constitutionnels), désigne les dirigeants de la fédération et fixe l'orientation générale de celle-ci.

  • ➩ Ecossisme :

    L'écossisme n'a rien à voir, cela a été démontré, avec l'Ecosse. Il paraît bien plutôt originaire des régions de l'Est de la France et de l'Allemagne. On a proposé des quantités d'explications à cette appellation ; selon nous, Écossais ne saurait être que la déformation (encore très reconnaissable) de E Castello, c'est-à-dire de Kassel. Rite Ecossais signifierait donc : Rite originaire de Kassel, autrement dit Rite Rosicrucien, si nous voulons bien prêter attention que tous les livres des prétendus Rose-Croix ont été publiés à Kassel, que les Landgraves de Hesse-Kassel, descendants de Chevaliers Teutoniques, électeurs du Saint-Empire, ont abrité à partir de 1570, des Frères de la Rose-Croix d'Or et que Guillaune IV le Sage protecteur de Tycho-Brahé entre autres, passe pour avoir été versé dans l'ésotérisme. Nous nous étonnons que cette interprétation du terme Ecossais n'ait encore jamais été envisagée.

  • ➩ Franc-maçonnerie :

    La Franc-maçonnerie est un système particulier de morale, enseigné sous le voile de l’allégorie, au moyen de symboles. Elle ne vise qu’au perfectionnement moral et spirituel de ses membres et à la pratique d’une charité fraternelle.

    Ricault, dix-huitième siècle.

    la Franc-Maçonnerie peut être présentée comme un Ordre ancien et respectable, voué principalement à une bienfaisance active et universelle, laquelle doit s’étendre à tout ce qui peut être utile aux hommes, soit aux individus, soit à la société en général.

    Regime Ecossais Rectifié 1802

    Demande : Qu’est-ce que la Franc-Maçonnerie ? Réponse : C’est une école de vertu et de sagesse, qui conduit au temple de la Vérité, sous le voile des symboles, ceux qui l’aiment et qui la désirent.

    Regime Ecossais Rectifié 1802

    La franc-maçonnerie est une institution philanthropique qui s’efforce de réaliser un idéal de vie sociale : fonder la vie individuelle sur le travail, sur la dignité morale, sur le conscience de la destinée humaine ; construire une société conforme aux principes rationnels, de manière à assurer à l’humanité son parfait développement. La comparaison qui domine tout le symbolisme maçonnique et qui a valu son nom à l’institution est celle de la société avec un édifice. Nous en indiquerons l’origine tout à l’heure. La franc-maçonnerie est un ordre ou une confrérie greffée sur les anciennes associations ouvrières et mystique du moyen âge, mais organisée au XVIIIe siècle dans un esprit plus large. [Lire la suite sur Gallica le site de la BNF]

    La Grande Encyclopédie La grande encyclopédie : inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts. Tome 17 / par une société de savants et de gens de lettres ; sous la dir. de MM. Berthelot,... Hartwig Derenbourg,... F.-Camille Dreyfus,... A. Giry,... [et al.] , 1885.

    Association internationale de caractère mutualiste et philanthropique ayant pour emblème, en souvenir de ses origines, certains instruments à l’usage du maçon.

    Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française par Paul Robet, 1964.

    Soiété mondale qui n'est pas secrète mais fermée, et dont les membres, ou Frères, qui se reconnaissent à des signes, en possèdent seuls les secrets sous serments.

    Grand Dictionnaire Encyclopédique Larousse, 1983.
  • ➩ Sœurs ou Frères :

    Sœurs ou Frères est le nom que se donnent entre eux les maçons ceci d’une manière générale, quels que soient leur grade ou degré et aussi quels que soient l’ordre ou l’obédience dont ils font partie. Une Sœur ou un Frère est désigné comme Sœur Unetelle, Frère Untel. Entre eux les Sœurs et les Frères s’interpellent selon des formules de politesse et de fraternité telles que : ma Sœur, ma très chère Sœur, bien aimée Sœur, mon Frère, mon très cher Frère, bien aimé Frère. Il est de tradition d’écrire les termes Sœur et Frère avec cette majuscule accentuant les liens de respect et d’égalité entre tous.

  • ➩ Grade :

    Un grade est un degré dans une initiation. Les trois premiers grades, communs à tous les rites sont les grades d’Apprenti, de Compagnon et de Maître. Chaque Sœur ou Frère est reçu dans un grade par une cérémonie spécifique, décrite dans un rituel selon le rite d’évolution de la Sœur ou du Frère.

  • ➩ Initié :

    Selon le dictionnaire Universel Français et Latin de 1732, donnant l’esprit du dix-huitième siècle, est "initié celui qui est admis à la participation des cérémonies secrètes des religions. Par extension est initié celui qui connaît les secrets d’un art ou d’une science". De la racine latine ire signifiant aller sont issus inire entrer et commencer, initium commencement, auspice pris au début d’une entreprise, puis initiare donnant initier dans le sens passif de s’initier (soi-même). Alors l’initié est celui qui entre. S’initier c’est commencer un chemin personnel.

  • ➩ Loge :

    Jusqu'au dix-huitième siècle, une Loge est une baraque de chantier où se réunissent les ouvriers et compagnons de métiers. Par extension, le lieu de réunion des maçons prend ce nom. Toutefois, la nécessité d’un aménagement souvent spécifique fait rechercher des locaux qui deviennent permanents et qui prennent le nom de Temple. La Loge est alors plus l’aménagement spécifique que le local seulement pratique, cet aménagement, souvent représenté par un tapis, dit tapis de Loge, pouvant être disposé dans tout autre local.


    Au sein de la Grande Loge des Loges Réunies il existe deux types de Loges : les Justes et Parfaites Loges de Saint Jean de Jérusalem travaillant aux quatre premiers grades de la maçonnerie : Apprenti, Compagnon, Maître et Maître Ecossais et la Loge chapitrale de recherche et d'instruction chargée de l'étude des rituels et de leur gestuelle.

  • ➩ Obédience :

    Une obédience est une structure avant tout administrative qui regroupe plusieurs Loges et qui leur assure une fédération de leurs moyens, une gestion unifiée et des échanges réguliers. Par exemple : La Grande Loge des Loges Réunies, est en ce sens une obédience.

  • ➩ Ordre :

    Un ordre est dans une définition générale, une association de personnes vivant en communion de pensée après avoir fait des vœux solennels, soumise à des règles morales formant un ensemble hiérarchisé exigeant de ses membres une obédience aux supérieurs de ce même ordre.


    Le Grand Prieuré Indépendant d'Occitanie est l’ensemble de toutes les Sœurs et de tous les Frères membres des Loges de la Grande Loge des Loges Réunies. Chaque Sœur ou Frère, de l’Apprenti au Grand Maître du Prieuré est obligatoirement membre d’une Loge.

  • ➩ Planche :

    Une planche est un travail présenté en Loge par une Sœur ou un Frère lors d'une tenue. Si il ou elle est Apprenti ou Compagnon, l'intitulé de son travail et la date de sa présentation lui sont donnés plusieurs mois à l'avance. Pour le rédiger, il est aidé par un Maître de la Loge qui a la fonction de Surveillant et dont le rôle est de veiller sur cette Sœur ou ce Frère. Le jour de la présentation la Sœur ou le Frère est conduit au centre de la Loge, emplacement où il délivre sont travail devant l'ensemble des Sœurs et des Frères présents à la tenue. Ce travail est toujours la base d'un édifice commun complèté par les apports des autres Sœurs et Frères. Les sujets des travaux sont principalement des répliques ou des phrases tirées des rituels.

  • ➩ Profane :

    Selon le Dictionnaire Universel Français et Latin de 1732, donnant l’esprit du dix-huitième siècle, est profane "ce qui est à l’extérieur de l’église ou du cimetière. Est profane ce qui n’est pas saint, sacré : Toute chose qui ne concerne point le culte de la vraie religion. Par extension est profane celui qui est ignorant des secrets d’un art et, au sens figuré, celui qu’on ne veut pas admettre dans une société". Profane vient du latin profanus signifiant qui est devant le temple. La racine latine pro ne donne pas une notion d’exclusion mais bien une notion d’antériorité dans le temps ou dans l’espace. Le profane n’est pas celui qui est à l’extérieur du temple mais est, disons, celui qui attend devant le temple.

  • ➩ Réception :

    Au Rite de Stricte Observance, et au Rite Ecossais Rectifié, l'un et l'autre rituel parlent de réception et non pas d’initiation. La Loge reçoit un nouvel Apprenti. Recevoir c’est, "accepter celui qui vient, c’est l’honorer par une cérémonie solennelle". Déjà, par cette définition, le nouvel Apprenti est considéré comme quelqu’un de supérieur. Recevoir est construit sur une racine indo-européenne kap signifiant prendre, racine qui évolue en cap donnant des mots comme capter, capacité et évoluant encore vers cept formant la base des mots accepter, réceptacle, recevoir et réception. Ainsi, la réception est réciproque : La Loge reçoit un nouvel Apprenti, le nouvel Apprenti reçoit cette cérémonie d’introduction. Chacun est l’égal de l’autre. Oui, pour la Grande Loge des Loges Réunies et les Rite de Stricte Observance et Ecossais Rectifié, nous sommes déjà initiés, initiés à la religion chrétienne. Ainsi, la réception au grade d’Apprenti n’est pas une initiation mais plutôt une reconnaissance

  • ➩ Régime :

    Un régime est une structure maçonnique et initiatique complète. Cette structure a la forme d'une architecture hiérarchique gouvernée par des titulaires de hauts grades. Elle ne gère qu'un seul rite.


    Par exemple Le Régime Ecossais Rectifié (R.E.R.) est la structure maçonnique qui gère le Rite Ecossais Rectifié, (R.E.R.) lui-même composé de plusieurs grades dont les premiers sont les grades d Apprenti, de Compagnon et de Maître

    .

    Par exemple Le Régime de Stricte Observance (R.S.O.) est la structure maçonnique qui gère le Rite de Stricte Observance, (R.S.O.) lui-même composé de plusieurs grades dont les premiers sont les grades d'Apprenti, de Compagnon et de Maître.

  • ➩ Rite :

    Le rite c'est ce que l'on pratique, ce sont les cérémonies auxquelles les maçons se livrent.

  • ➩ Rituel :

    Un rituel est le cérémonial maçonnique propre à chaque grade. Dans une première approche un rituel se confond avec le document écrit explicitant de manière détaillée et chronologique ce que doivent faire les maçons lors d'une cérémonie de réception (ou d'initiation) d'un candidat.

  • ➩ Tapis de Loge :

    Le tapis de Loge, est un tapis disposé au sol au centre de la Loge. Sur ce tapis sont représentés les emblèmes, symboles, hiéroglyphes et autres outils correspondant au grade travaillé lors de la tenue. Le jour de la création d’une Loge (consécration) c’est lui qui bénéficie de la cérémonie. Il est ainsi l’objet principal de la Loge. Partout où il est déroulé la Loge peut se réunir.

  • ➩ Tenue :

    La tenue est la réunion des maçons d’une Loge. Au moins une fois par mois, chaque maçon de la Loge reçoit une convocation à la tenue de la Loge. La convocation donne l’ordre du jour de la réunion et en précise les modalités de lieu, d’horaire, de grade... L’ensemble de ces informations constitue la tenue de la Loge.

Règles non dispensées

Ce précis de patiques maçonniques qualifiées de « règles non dispensées », explicique certains termes, expressions et usages maçonniques en général et propres au Rite Ecossais Rectifié et au Rite de Stricte Observance en particulier.

Au-delà des précisions qu’il apporte aux Sœurs et aux Frères maçons, il donne aussi à toute personne qui s’y attarde des exemples de la constance attendue en franc-maçonnerie.

  • ➩ De l’entrée et la sortie du Grand Maître en Loge

    Le Grand Maître ou son représentant entre en Loge toujours après l’ouverture des travaux et quitte la Loge avant la fermeture des travaux. Il se tient à l’orient à la droite du Maître de Loge

    Il n’appartient pas à la Loge il ne représente que l’Ordre Administratif qui gère des Loges maçonniques. Chaque Loge est souveraine et libre en sa spécificité initiatique.

  • ➩ De l’entrée du Maître de Loge au Rite de Stricte Observance

    Le Maître de Loge ne rentre en Loge qu’une fois les lumières allumées, les membres ayant pris place et sort avant l’extinction des Lumières

    Le Maître de Loge est désigné par le Grand Chapitre, il en est le représentant. Il arrive de l’occident et après avoir bénéficié de la lumière de l’orient il repart vers l’Occident. Il vient des ténèbres où l’Ordre se perpétue de façon voilée et repart, toujours sous le voile du secret vers l’occident pour poursuivre son devoir.

  • ➩ Comment le Maître de Loge quitte son plateau ?

    S'il est Maître de Loge désigné ou remplacant, il quitte son plateau par sa droite, du côté Nord. S'il est Vénérable Maître Installé, il quitte son plateau en sortant vers sa gauche, du côté Sud

    Le Maître de Loge, qui est Vénérable Maître Installé à reçu le bénéfice de la Cérémonie secrète d'installation. Il sait alors pourquoi il doit quitter son plateau par son côté gauche.

  • ➩ Du Comité Ecossais et de la Chambre du Milieu

    Les questions relatives à la vie interne de la Loge comme les questions administratives, financières et organisationnelles sont réglées par le Comité Ecossais de la Loge dirigé par le Maître de Loge. Les décisions sont votées à main levée ou à boules à discrétion du Maître de Loge. Les Maîtres-Ecossais, les Maîtres de la Loge et les Affiliés ont voix délibératives et les Compagnons et Apprentis ont voix consultatives.

    La Chambre des Maitres ou Chambre du Milieu gère l’avancement des membres de la Loge proposé par le Maître de Loge. Elle se compose exclusivement des Maîtres ou des Maîtres-Ecossais de la Loge.

  • ➩ Des départs d'un ordre ou d'une obédience

    Si des membres appartenant à un ordre ou à une obédience quittent l’entité administrative dans laquelle ils travaillent pour fonder un autre ordre ou une autre Obédience avec les mêmes personnes on parle alors d’un « schisme maçonnique ou d’une scission ». Si des membres quittent un ordre ou une obédience pour rejoindre une autre ordre ou une autre obédience déjà existante on ne parlera pas de schisme mais d’un choix de travailler dans une autre obédience

    Les francs-maçons sont des hommes libres et les Loges sont de même libres et souveraines.

  • ➩ Des colonnes au Rite de Stricte Observance

    La lecture des rituels de Stricte Observance et celle des rituels provenant en droite ligne du Rite de Stricte Observance permettent de définir les colonnes en Loge

    La colonne du Nord est l’alignement des Sœurs et des Frères placés du côté Nord de la Loge, du Second Surveillant à l’occident jusqu’au Secrétaire à l’orient.

    La colonne du Midi est l’alignement des Sœurs et des Frères placés du côté Sud de la Loge, du Premier Surveillant à l’occident jusqu’à l'Orateur à l’orient.

    L’Orient est lui composé du Maître de Loge, des Dignitaires, et des Vénérables Maîtres en exercice.

    Ainsi par cette adéquation entre les rituels et la disposition de la Loge dans le Rite de Stricte Observance la hiérarchie des officiers de la Loge est respectées : Par exemple le Secrétaire ne peut plus prendre la parole après le Second Surveillant.

  • ➩ Qui dirige les travaux en cas d’absence du Maître de Loge ?

    Que ce soit au rite Ecossais Rectifié ou au Rite de Stricte Observance, en cas d’absence du Maître de Loge, le Premier Surveillant peut diriger les travaux mais il ne peut pas procéder à des réceptions dans les grades symboliques sans qu’il ait lui-même reçu la cérémonie de Maître Installé dans cette même Loge. En cas de réception prévue c’est donc un précédent Maître de Loge de la Loge qui dirige les travaux

    Au Rite Ecossais Rectifié, il existe en Loge un poste de Passé Maître Immédiat. Cet officier est la Sœur ou le Frère privilégié pour diriger les travaux en cas d’absence du Maître de Loge, pour une réception.

    Au rite de Stricte Observance, il n’existe pas officiellement de tel poste. C’est donc de préférence le précédent Maître de la Loge qui dirige les travaux pour suppléer à l’absence du Maître de Loge, pour une réception.

    Un Maître Installé ne peut diriger les travaux que de la Loge où il a été installé mais pas d’une autre Loge.

  • ➩ Des visitants et visiteurs dans les Loges

    Un Apprenti ne voyage jamais seul, c’est au Maître qui l’accompagne d’être son garant et c’est donc la régularité de celui-ci qui justifie de la régularité de l’Apprenti. Si dans un cas particulier l’Apprenti se présente avec un certificat de sa Loge mère signé de son Maître de Loge pour un espace et une date déterminée il peut participer aux travaux.

    Un Compagnon, muni d’un titre de voyage ou d’une attestation de son Maître de Loge peut visiter les Loges. S’il est recommandé par un membre de la Loge visitée il participe de même aux travaux.

    Un Maître qui demande à être reçu en visite en Loge présente son passeport maçonnique ou est reconnu par un autre Maître de la Loge qu’il visite pour participer aux travaux.

  • ➩ Qu'est-ce que la mise en sommeil ?

    L’expression maçonnique « mise en sommeil » d’une Sœur ou d’un Frère n’existe pas dans les statuts et règlements du Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie et dans les statuts de l’association légale gérant le Prieuré. Une Sœur ou un Frère est soit membre soit non membre de l’un et donc de l’autre. La première des conditions pour être membre est d’être à jour de ses cotisations

    Si une Sœur ou un Frère veut rester membre mais ne souhaite pas ou ne peut pas être présent aux tenues pendant un certain temps, il paie sa cotisation et son avancement maçonnique est mis en suspens pendant ce temps.

    Si une Sœur ou un Frère souhaite démissionner, la Loge dont il est membre et le Grand Prieuré vérifient qu’il est en règle, c'est-à-dire : qu’il est à jour de ses cotisations, qu’il n’a pas nui à la Loge et au Grand Prieuré et qu’il leur a bien envoyé une lettre de démission avant le 31 décembre de l'année en cours.

    Auquel cas sa démission est acceptée.

    Dans le cas contraire le Grand Prieuré peut simplement le considérer comme démissionnaire ou, selon le motif, pendre une ordonnance de radiation, dont il peut diffuser un exemplaire aux Loges avec lesquelles il entretient de bonnes relations.

    Dans tous les cas, La Sœur ou le Frère peut demander sa réintégration. Celle-ci se fait selon les statuts et règlements du Grand Prieuré et présuppose le paiement des cotisations en retard.

  • ➩ Des salutations en Loge

    Formule de Salutation possible d'un visitant ou d'un visiteur dans les Loges de la Grande Loges des Loges Réunies :

    Vénérable Maître, et vous tous mes Sœurs et mes Frères en vos grades et qualités. J’ai l’honneur de vous présenter les salutations de ma Loge (nom de la Loge), numéro (matricule de la Loge) à l’Orient de (Orient de la Loge) et de son Vénérable Maître en chaire, Loge relevant de la Grande Loge des Loges Réunies [et vous pouvez rajouter si vous le désirez] suffragante du Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie.

Lexique d'héraldisme

Vous trouverez ci-dessous un glossaire héraldique concernant l’écu du Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie. En plus des définitions héraldiques sont données une interprétation possible des partitions, métaux, émaux et meubles de l’écu. Mais aucun de ces aperçus sur les significations des termes donnés ici n’épuise bien entendu toute l’étendue de leurs différents aspects. D’autant que dans un écu, c’est la composition générale qui ordonne et spécifie les sens de chaque figure.

  • ➩ Ecu

    L’écu ou Eccusson, du latin scrutum, bouclier, est le fond ou champ sur lequel on pose les figures des armoiries. On l’appelle ainsi parce que dans l’origine, c’est sur le bouclier ou écu que les armoiries étaient peintes. La forme de l’écu a varié avec les temps et les lieux. L’écu dit français, parce qu’il a été presque exclusivement usité en France, était primitivement triangulaire, il représente aujourd’hui un quadrilatère de sept parties de largeur sur huit de hauteur. Les angles inférieurs de ce quadrilatère sont arrondis d’un quart de cercle dont le rayon est d’une demi-partie, et deux quarts de cercles semblables remplacent la ligne horizontale de la base forment en se joignant, en dehors de cette ligne, une pointe qui se trouve directement vis-à-vis de son centre.

    Abrégé méthodique de la science des armoiries par Maigne 1885

  • ➩ Azur

    Email de couleur bleu parfois représenté par des traits horizontaux.

    L'Azur du blason du Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie représente l’ensemble des grades allégoriques dApprenti, deCompagnon et deMaître communs aux rites Ecossais Rectifié et de Stricte Observance et formant à eux trois la maçonnerie bleue. Les grades bleus, les Loges bleues sont autant de vocables utilisés pour designer les travaux à ces grades.

    GPIO GLLR : Ecu chargé d'Azur
    Ecu chargé d'Azur
  • ➩ Sinople

    Email de couleur verte, parfois représenté par des traits obliques descendant de dextre à senestre.

    Le Sinople du blason du Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie représente les grades d’instruction que sont celui de Maître-Ecossais de Saint-André pour le Rite Ecossais Rectifié et celui de Maître-Ecossais pour le Rite de Stricte Observance. Ils forment la maçonnerie verte. Les grades verts, les Loges vertes sont autant de vocables utilisés pour designer les travaux à ces grades.

    GPIO GLLR : Ecu chargé de Sinople
    Ecu chargé de Sinople
  • ➩ Gueules

    Email de couleur rouge parfois représenté par des traits verticaux.

    Le gueules du blason du Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie représente l’Ordre Intérieur de ce dernier où sont pratiqués les grades de Novice et de Chevalier : Ecuyer-Novice et Chevalier Bienfaisant de la Cité Sainte pour le Rite Ecossais Rectifié et Novice et Chevalier du Temple pour le Rite de Stricte Observance.

    GPIO GLLR : Ecu chargé de Gueules
    Ecu chargé de Gueules
  • ➩ Chapé-ployé

    Partition qui détermine la chape, cette dernière étant une pièce honorable en forme d’angle aigu déterminé par deux lignes obliques descendantes du centre du chef vers les cantons de la pointe.

    Quand ces lignes sont courbées, telles que sur le blason du Grand Prieuré Indépendant d’Occitanie, la pièce honorable est dite chapé-ployée. Une chape est le vêtement de dessus que portent les religieux. Ainsi sur le blason, ce vêtement ou manteau des grades symboliques (allégoriques et d’instructions) s’ouvre pour laisser entrevoir ceux gérés par le Chapitre au-delà de la Grande Loge des Loges Réunies.

    GPIO GLLR : Ecu chapé-ployé
    Ecu chapé-ployé
  • ➩ meuble : un Phénix

    Meuble
    : Tout objet fabriqué par l'homme, tiré de la nature ou de l'imagination, qui charge un écu.

    chargé(e)
    : se dit d'une pièce sur laquelle une autre est posée. Préciser éventuellement en chef, en coeur, en pointe, etc... Une pièce est une figure.

    Dans le code maçonnique des Loges Réunies et Rectifiées de France approuvé par les Députés des Directoires de France au Couvent National de Lyon en 5778 (1778) pour le Régime Ecossais Rectifié, le phénix renaissant de ses cendres avec la légende Perit ut Vivat, est l'emblème général des Loges Rectifiées de France.

    Pour rappeler le Rite Ecossais Rectifié pratiqué dans ses Loges, le Grand Prieuré Indépendant d'Occitanie charge son écu d'un Phenix d'Argent renaisant de ses cendres de Gueules, becqué d'Or et lampassé de Gueules.

    GPIO GLLR : Le phénix du blason du Grand Prieuré Indépendant d'Occitanie
    Le phénix du blason du Grand Prieuré Indépendant d'Occitanie
  • ➩ meuble : une étoile

    Meuble
    : Tout objet fabriqué par l'homme, tiré de la nature ou de l'imagination, qui charge un écu.

    chargé(e)
    : se dit d'une pièce sur laquelle une autre est posée. Préciser éventuellement en chef, en coeur, en pointe, etc... Une pièce est une figure.

    Pour rappeler les 7 grades du Rite de Stricte Observance, le Grand Prieuré Indépendant d'Occitanie charge son écu d'une étoile d'or à 7 branches.

    GPIO GLLR : L'étoile du blason du Grand Prieuré Indépendant d'Occitanie
    l'étoile du blason du Grand Prieuré Indépendant d'Occitanie
  • ➩ Armoiries

    Les armes ou armoiries sont des emblèmes donnés ou autorisés par un pouvoir souverain pour servir de signes distinctifs à des personnes, des familles, des villes, des corporations des pays. Le nom vient de ce que, primitivement, on les peignait sur les boucliers des gens de guerre, l’une des parties principale de leur armure.On en ditingue ordinaitement 9 espèces :

    • 1° Les armoiries de souveraineté [...]
    • 2° Les armoiries de prétention [...]
    • 3° Les armes de concession [...]
    • 4° Les armoiries de patronnage [...]
    • 5° Les armoiries de dignité [...]
    • 6° Les armoiries de ville [...]
    • 7° Les armoiries de communauté [...]
    • 8° Les armoiries de famille [...]
    • 9° Les armes symbolique [...]

    Abrégé méthodique de la science des armoiries par Maigne 1885

    GPIO GLLR : Le blason du Grand Prieuré Indépendant d'Occitanie
    Le blason du Grand Prieuré Indépendant d'Occitanie

Présentation en vidéo

Ici des présentations en vidéo, par des spécialistes reconnus, de notions maçonniques et spirituelles en général et propres au Rite Ecossais Rectifié et Rite de Stricte Observance en particulier.

  • ➩ Esotérisme

    […] J’aurais tendance à dire oui la maçonnerie est ésotérique, mais faut-il être initié ? Surement pas parce que c’est la vie qui est initiatique et donc on peut aborder l’initiation, la compréhension de la vie en dehors de tout chemin initiatique. Mais pour nous même qui avons besoin d’une béquille, évidemment on a une structure, une voie initiatique, alors oui la maçonnerie est ésotérique et non elle ne l’est pas. Car si l’initiation et la maçonnerie c’est le développement de la conscience de l’homme alors ce n’est pas ésotérique, il suffit de se mettre sur le chemin, de l’approfondir petit à petit et ça n’a rien de caché, ça n’a rien de mystérieux, c’est à la portée de toute personne qui est intéressée comme on peut être intéressé par les maths par la photo par les sciences. Je dirai même que la maçonnerie est une science, pas tant l’ésotérisme de ce que l’on va découvrir mais le chemin qui conduit à cette découverte du sens de l’humain et de l’universel est très précis et très bien balisé et c’est un peu comme on commence par apprendre les chiffres puis l’algèbre puis les intégrales. Il y a un cheminement et une progression et dans ce sens ça ne devient plus mystérieux, ça devient quelque-chose de vivant. Et pour moi, alors je vais peut-être à l’encontre, mais pour moi la maçonnerie n’est pas ésotérique, elle est très précise et elle se vit uniquement..

    Alain Pozarnik

  • ➩ Le rite et les rituels

    Ce travail de transformation est vraiment ce travail que nous faisons à chaque fois que nous rentrons dans un temple. Et pour ce faire, à chaque fois que nous allons rentrer et commencer à travailler, nous allons avoir ce qu’on appelle un rituel. Alors, il ne faut pas confondre le rituel religieux qui agit par miracle, qui agit tout seul sur la personne humaine et le rituel initiatique. Pourquoi ? Parce-que lorsqu’un sage veut transmettre quelque-chose, nous savons, par exemple en orient, que le sage va parler à ses élèves à ses disciples.
    […]
    La transmission du chemin, le sage en Franc-maçonnerie, quelque soit le rite, c'est le rite. [...] L'avantage est que le rite étant une fois pour toute défini, n'appartenant à aucun homme, aucun homme ne peut le dévoyer. [...] Le langage du rite, ce sont les rituels.

    Alain Pozarnik

  • ➩ L'initation

    Ce qu’il convient de maitriser c’est notre animalité, le taureau qui est en nous, la force brute qui est en nous pour laisser s’exprimer le fond de l’âme humaine qui fait notre différence avec justement l’animale. Et pour arriver à devenir des hommes il faut maîtriser notre animalité. On retrouve ça comme fondement de toutes les initiations. A toutes les initiations, il est proposé à tous les initiés de commencer par maîtriser son animalité ou tout au moins sa mécanique animale. Quand je dis maîtriser, ça veut dire qu’il ne s’agit pas de la détruire, détruire l’égo, il s’agit simplement d’en être conscient et de ne pas suivre ses pulsions. On retrouve ça d’ailleurs dans le bouddhisme, dans l’indouisme, dans le confucianisme. Il est partout et de tout temps question de cette maîtrise et de se guider sois-même. Épictète disait très bien : Nous sommes responsable du choix que nous faisons, tout le reste ne nous appartient pas, tout le reste est neutre, dans la nature il advient ce qui peut advenir, par contre l’homme en tant que responsable, en tant que sage, doit faire son choix et le bien et le mal dépendent de ce choix que nous faisons.

    Alain Pozarnik

  • ➩ L'écho Jacobite des sources écossaises du R.E.R

    Question : Rite Ecossais Ancien et Accepté ou Régime Ecossais Rectifié ; « Ecossais » voila un point qui est commun aux deux rites ; mais pourquoi « Rectifié » et pourquoi « Ancien et Accepté » ? […] Jean-Marc :

    Réponse : « Je rejoins ce qui vient d’être dit concernant l’Ecosse et la transition, évidemment Schwartz ayant montré que ce phénomène est vraiment localisé à l’Écosse. Cela dit, pour le Rite ou Régime - ce qui n’est pas tout à fait la même chose, j’en dirai un mot - Ecossais Rectifié, les sources écossaises ont d’une certaines manière un écho aux Jacobites et en particulier à la présence sur le continent des souverains - plus ou moins chassés de leur trône - et en particulier Jacques III, qui préside d’une certaines manière presque à la légende de l’Ecossisme en Europe.

    Dans le sens où le Régime Ecossais rectifié (J’éclaire tout de suite ce distinguo entre Rite et Régime : le rite c’est ce que l’on pratique, ce sont les cérémonies auxquelles les initiés, les frères se livrent, le régime c’est la structure complète, de l’architecture de la composition en quoi consiste la réforme et la rectification.)

    Alors, ce lien avec l’Ecosse va se passer en deux temps, d’un côté par Samuel Philippe Rosa et les Loges issues de Berlin et de l’autre Charles de Hund, bien connu, qui est à l’origine de la restructuration, après le convent d’Altenberg, de la Stricte Observance dite « Templière » (on l’appelle toujours Templière, mais en fait elle n’a jamais eu cette appellation, c’est une appellation on va dire d’usage en France pour la désigner.)

    Donc cette relation avec l’Ecosse va passer par une prétendue filiation reçue en 1743 par Charles de Hund à Paris, ayant rencontré un fameux chevalier à Pena Rubra, c'est-à-dire à la plume rouge, qui lui aurait livré cette révélation extraordinaire et qui va fonder et porter sur les fonds baptismaux la Stricte Observance : « Nous légataires de l’Ordre du Temple et nous avons pour mission de le réédifier. »

    Jean-Marc Vivenza

  • ➩ La composition du Régime Ecossais Rectifié

    Question : « Justement, puisque nous en sommes à l'organisation de chaque rite, Jean-Marc, pouvez-vous nous préciser l'organisation du Régime Ecossais Rectifié et pourquoi Régimes ? »

    Réponse : « En 1773, le Baron Von Weiller à la demande des Strasbourgeois les frères Bernard et Jean de Turckheim, Salzmann, installe le premier directoire dit de Bourgogne en Alsace et éveille la curiosité et l’intérêt de Jean-Baptiste Willermoz qui a des contacts, de par les liens de cet écossisme - c'est à dire on échange des grades, on écrit des lettres pour en recevoir - est tout à coup intéressé par l'installation de ce directoire d'une province de la Stricte Observance en France, et demande, écrit un courrier en bonne et due forme en Allemagne afin de lui-même bénéficier de cet apport des directoires.

    Et alors, après le directoire de la cinquième province dite de Bourgogne - c'est les provinces templières, c'est l'appellation que l’on reprend des provinces templières - et bien est installée à Lyon la dite deuxième province d'Auvergne précisément en juillet 1774.

    A ce moment là, l'écorce, l'architecture générale de l'Ordre est composée, suite aux différents convents qui l'ont précédé, Kohlo en 1772, brunswick en 1775, des affirmations brutales, sommaires (est peut-être un peu fort) en tout cas catégoriques : le but de l’Ordre est de réédifier l’Ordre du Temple disparu malheureusement à la faveur de l’histoire.

    Mais Jean-Baptiste Willermoz, esprit curieux, qui est déjà depuis 1767 disciple de Martinez de Pasquali, voit très bien, qu’il y manque – et cela correspond aussi a ce que ressentent les autorités du régime enfin du rite à cette époque – à savoir que l’on cherche des bases à cette initiation : Est-ce les Rose-Croix ? Est-ce des templiers secrets dissimulés dans des confréries inconnues ? On va en Italie, on va en Suisse, on circule et finalement les recherches restent vaines.

    L’idée géniale de Jean-Baptiste Willermoz, quelques années plus tard, quatre ans plus tard en 1778, c’est la réforme dite du Convent des Gaules, qui va structurer ce régime écossais rectifié ou réformé en 1778 en lui adjoignant comme mission la doctrine de la réintégration de Martinez de Pasquali, en s’appuyant sur le cadre structurel de la Stricte Observance.

    Et à partir de là, le régime car c’en est un, va diriger l’ensemble de ses établissements : Premiers grades qui rassemblent la maçonnerie classique, Apprenti, Compagnon, Maître, puis un écossais dit vert - à l’époque qui n’est pas encore de Saint-André, il le deviendra plus tard après Wilhelmsbad c'est-à-dire en 1782 - un écossais vert qui va être un grade jonction, charnière entre la maçonnerie bleue et ce que l’on va appeler l’Ordre Intérieur.

    C’est là où la composition du Régime Ecossais Rectifié se distingue considérablement de ce qui va se faire plus tard pour nos amis du Rite Ecossais Ancien et Accepté à savoir que l’on constitue les directoires comme forme ostensible de Grands Prieurés et les Grands Prieurés c’est quoi ? C’est des structures qui dirigent pas simplement une chevalerie - dont le titre du dernier grade (et non plus degré cette fois-ci) est le Chevalier Bienfaisant de la Cité Sainte précédé par un grade intermédiaire qui est en fait même pas un grade mais un état probatoire - dirige l’ensemble de la structure loges vertes, loges bleues et préside à sa doctrine, à son gouvernement et à la finalité des ses buts, car il y en a.

    Voilà pour la structure et ceci est pensé en France à Lyon en 1778 lors de ce fameux convent qui va bouleverser radicalement la Stricte Observance au point de la faire exploser et en même temps faire apparaître sur la scène de l’histoire un régime présenté comme un rite qui se pense comme singulier, unique et qui se veut, prétention extraordinaire, être la perfection et le sommet de la maçonnerie écossaise. »

    Jean-Marc Vivenza

  • ➩ La science du Régime Ecossais Rectifié

    Question : « Justement cette démarche spirituelle - dans un contexte général de société moderne de plus en plus sécularisée et où la bienfaisance compte de plus en plus - en quoi vos deux rites apportent, pas une solution, mais quelques réponses et permettent justement à l’homme de s’améliorer ? Jean-Marc »

    Réponse : « L’originalité du Régime Ecossais Rectifié, c’est d’avoir transféré les éléments du Temple à l’homme. A savoir que pour le Rectifié, tout se décline d’abord en anthropologie, toute symbolique revient à l’anthropologie. Elle y part, celle du premier Adam, elle y revient avec le second Adam et elle y retournera dans la réunion de l’Adam primitif dans son état originel. Donc il y un transfert absolument unique que va réaliser Jean-Baptiste Willermoz des éléments architecturaux du Temple - y compris historique, la manière dont ils ont été édictés à Salomon en rêve par l’Eternel - à l’homme et tout est éclairé de ces éléments là symboliques sur ce qu’est la créature.

    Et le Temple devient le frère, le proche, le voisin, l’homme, l’humanité en générale a réédifier, à reconstruire, à rebâtir et pour cela le Régime Ecossais Rectifié utilise une méthode scalaire par étape qui est celle des vertus ; qui sont travaillées du premier jusqu’au quatrième grade et qui vont récapituler l’ensemble des vertus cardinales et théologales connues ; et chacune va prendre une application particulière à chaque moment de la vie initiatique. Et peu importe l’âge auquel on arrive au rite, l’important est de rentrer dans cette démarche de progression.

    Et il y a sans doute un phrase qui résume, je dirais avec un grande bonheur ce qu’est le Régime Ecossais Rectifié, cette phrase a été trouvée par Joseph de Maistre lorsqu’à la question qui a été posée par le Duc de Brunswick en 1780 dans la lettre circulaire envoyée à l’ensemble des Directoires des Grand Prieurés Rectifiés : « Qu’est-ce qui singularise le Régime Ecossais Rectifié dans sa science ? » et Maistre aura cette phrase extraordinaire : « La science du Régime Ecossais Rectifié c’est la science de l’Homme par Excellence. »

    Jean-Marc Vivenza

  • ➩ Les voies initatiques et la réponse à l'initiation

    Question : « … »

    Réponse : « Parce que cette démarche de négativité ou de confrontation au négatif exige une discipline, cette discipline n’est pas la réponse. Vous parliez tout à l’heure d’organisation initiatique, ce n’est pas la réponse, les organisations. La réponse c’est la démarche initiatique, c’est le processus qui permet de dépasser certains obstacles de façon à aborder, … de se confronter à la réalité de ce qui est en jeux, de ce qui est vraiment au centre de la problématique. »

    « Et les voies, les voies initiatiques sont là pour déblayer le chemin pour aider à y voir un peu plus clair et permettre une efficacité accrue. Elles ne modifient pas le questionnement, elles l’accélèrent ; elles ne créent pas ce questionnement qui est intrinsèque, consécutif même de la personne humaine, elles le subliment, elles lui donnent de pouvoir atteindre ce à quoi il fait allusion, ce à quoi il questionne, ce vers quoi il tend. »

    « Et donc oui la rigueur est nécessaire, sauf bien évidemment si l’on considère qu’il est plus agréable de rester dans un fauteuil et de passer son existence à boire des sodas mais - c’est une possibilité, le Carpe Diem n’est pas à exclure, la possibilité de l’être au monde - mais si on est véritablement interrogé, questionné, sollicité par la problématique alors à ce moment là il faut réellement - si on cherche des réponses effectives, si on aspire véritablement à s’approcher de ce qu’il en est de l’être, de ce qu’il en est de la vérité - alors oui il faut une rigueur et il faut des démarches qui soient appuyées sur des domaines traditionnels qui permettent d’avancer. Parce que l’homme laissé à sa propre réflexion personnelle a tendance à tourner en rond, à s’autoriser quelques facilités et puis souvent, faut quand même l’avouer, à considérer que tout ça ne mène pas bien loin, la lassitude se joignant à l’usure de l’âge, finalement fini par disparaitre. »

    Question : « Qu’avez-vous trouvé dans ces sociétés secrètes qui réponde à vos questions ? Et à vos attentes ? »

    Réponse : « Beaucoup d’éléments vénérables issus de traditions dont la succession des siècles avait donné une patine de respectabilité, de beauté, de grandeur de dignité, incontestables. »

    « Quant à la réponse elle ne s’y trouve pas. Parce que la réponse elle se trouve à l’intérieur de l’homme, elle ne se trouve pas à l’intérieur des structures. »

    Question : « On a tendance peut-être à rechercher à l’extérieur ce qui est déjà là. »

    Réponse : « Tout à fait, tout à fait, mais c’est nécessaire parce que à titre individuel on n’est pas capable de découvrir, sauf très rares exceptions, des être dont le caractère rare fait qu’on peut les compter sur les doigts de la main d’un manchot. Mais les structures sont là pour canaliser, ramener à l’essentiel, donner des outils, conférer des règles des principes, d’abord le premier la reverticalisation de l’individu. Dans une société amorphe, invertébrée - où il n’y a plus de véritable héroïsme, où il n’y a plus de véritable grandeur, où il n’y a plus de véritable chevalerie, où il n’y a plus de véritable dimension transcendante - pour un individu qui rejoint ces sociétés traditionnelles, il y retrouve un cadre formateur, il y retrouve des clés qui font défaut, il faut bien le reconnaitre, à la société contemporaine. Donc de ce point de vue, elles ont un rôle extrêmement important. »

    « Maintenant, il ne faut pas croire que le fait de s’y faire recevoir conduit automatiquement à devenir un initié. Et d’ailleurs le paradoxe, c’est que l’ensemble des ces sociétés - le temps s’accélérant, non pas par dimension cyclique mais par tourbillon de nature nihiliste, parce qu’il y a là un rapport à l’oubli de ce que sont les critères de la tradition - ces sociétés tendent de plus en plus de secrètes qu’elles étaient à devenir discrètes et finalement à perdre les éléments de rapport à l’essentiel dont je parlais tout à l’heure et finalement saturées par des problématiques sociétales, en deviennent à être des clubs, des clubs de pensée où l’on devise, où l’on se livre à certaines réflexions, mais où finalement la question de l’initiation disparait, à fini par disparaitre, où personne n’est plus capable de pouvoir conduire personne vers les domaines de l’essentiel ; je ne parle même pas du suressentiel. »

    « Nous sommes là dans des structures dirigées par des aveugles qui conduisent d’autres aveugles, et qui donc ne cessent de jouer à qui d’entre elles sera la plus ouverte, la plus accueillante, bientôt on fera des reportages pour savoir comment on se fait recevoir dans tel ou tel endroit, comment tout s’y passe, il y aura des émissions télévisées, je crois que ça à d’ailleurs même commencé, peu importe. Tout ça n’a plus rien à voir et si ces structures en sont réduites à ce qu’elles sont aujourd’hui, elle perdront tout leur caractère traditionnel et inutile de dire que notre rapport à elles s’amplifiera dans le désintérêt qu’il sera nécessaire d’avoir à leur égard. »

    Jean-Marc Vivenza

  • ➩ Le Régime Ecossais Rectifié expliqué en 4 minutes

    Le Régime Ecossais Rectifié expliqué en 4 min

    Le régime Ecossais Rectifié est une création cathédrale construite par Jean-Baptiste Willermoz : Alors il a pris pour formes des formes préexistantes :

    -Pour les formes maçonniques il a pris ce qui existait à l’époque en France, ce qui était pratiqué à l’époque en France, qui a pris par la suite de nom de Rite Français (tellement de similitudes, on voit bien qu’elles ne sont pas fortuites) ;

    -Il a pris pour la partie chevaleresque ce que les Français à cette époque avaient reçu et qui s’appelle la Stricte Observance ;

    Et pour donner une âme commune à tout cela, il y a injecté la doctrine martinézienne.

    Mais qu’est ce que la doctrine martinézienne ? En l’occurrence, il ne l’a pas injectée totalement, il a laissé complètement de côté tout ce que Martinez dit de l’action des anges, etc, des êtres spirituels. Non, il a injecté dans le Régime Ecossais Rectifié la « destinée de l’homme. »

    Alors je vais vous citer deux phrases qui résument parfaitement son but : « La maçonnerie fondamentale à un but universel, que la morale seule ne pourrait remplir [Cela réponse aux Anglais] la pratique de la saine morale et des devoirs de société sont à la vérité le but apparent des grades, mais ces vertus ne peuvent en être le but réel ; qu’aurait elle alors besoin d’emblème, de mystère et d’initiation. [Et bien oui, pour pratiquer la morale il n’y a pas besoin d’une organisation.] Son but est d’éclairer l’homme sur sa nature, son origine et sa destination. »

    Et dans un autre texte également fondamental : « Si l’homme s’était conservé dans la pureté de sa première origine, l’initiation n’aurait jamais eu lieu pour lui et la vérité s’offrirait encore sans voile à ses regards, puisqu’il était né pour la contempler et lui rendre un continuel hommage. Mais depuis qu’il est malheureusement descendu dans une région opposée à la lumière, c’est la vérité elle-même qui l’a assujetti au travail de l’initiation en se refusant à ses recherches.

    Donc le point de départ, c’est que l’homme a été créé à l’origine dans un état glorieux ; c'est-à-dire complètement imbibé de la gloire divine, illuminé par la gloire divine, dans la familiarité de Dieu, avec qui il pouvait converser directement, et immortel et parfait.

    Puis il y a eu la chute qu’il ne prend pas du tout pour un mythe mais pour une réalité ontologique. Cette chute l’a coupé de cette relation directe qu’il avait avec Dieu et depuis, il faut le réintégrer dans ses premières propriétés.

    Alors comment ? Et bien il y a, ce qu’il appelle des « secours providentiels » et l’initiation est un des secours providentiels que Dieu a donné à l’homme. Autrement dit cette initiation, à qui Guenon donne une origine principielle, elle a oui une origine principielle, mais ce n’est pas un principe métaphysique ou ultra-métaphysique le dieu des philosophes, non c’est le dieu de la création initiale.

    Voila, et tout « roule » la dessus et ce qui est enseigné aux membres du Régime Ecossais Rectifié, c’est précisément tous les moyens de retrouver leur véritable nature qui est -et alors je terminerai par là- la première maxime qui est donnée au profane, avant même qu’il soit reçu Apprenti : « L’homme est l’image immortelle de Dieu mais qui pourra la reconnaitre s’il la défigure lui-même. »

    Jean-François Var

  • ➩ Les notions de rite et d'écossisme

    Extrait tiré du site http://www.baglis.tv​ : Qu'est-ce que l'Ecossisme ? Pour André Kervella « les franc-maçons n'ont jamais été clairs sur les origines et les caractéristiques de cette souche du XVIIIème siècle or si l'on ne sait pas d'où l'on vient, il est difficile de définir qui on est! » Le terme d' « Ecosse » est en effet omniprésent en Franc-maçonnerie : dans le nom de ses rituels (Régime Ecossais Ancien et Accepté, Rite Ecossais Rectifié) mais aussi de ses grades (Maître Ecossais) : quelles sont les raisons les raisons à cela : sont-elles géographiques, historiques, symboliques ou initiatiques ? Pour répondre à cette difficile question, nous avons réunis autour de Jean Solis trois historiens et cherchants réputés : André Kervella, Robert Kalbach et Roger Dachez. Nous allons découvrir que derrière le terme d'Ecossisme se cache celui des hauts grades maçonniques, ces derniers remontent à 1730 ou 1740 selon les sources. En effet, passé les deux premiers grades bleus (apprenti et compagnon) le franc-maçon, dans la cohérence de son mythe et de son rite, quitte les deux colonnes du Temple pour entrer dans la légende d'Hiram. Son avancée progressive sur cette échelle matérialisée par ces différents degrés : trente-trois pour le R.E.A.A. et six pour le R.E.R., doivent amener le franc-maçon à une posture d'ouverture face à l'ineffable. Atteindre un « haut grade » n'est pas un accomplissement, ou une récompense, mais une marche supplémentaire qui tend vers le sacré. « Tendre vers » ne veut pas dire atteindre... Il est là un piège ou de nombreux hommes, ivres de leurs cordons, s'engouffrent volontiers, quelque soit la voie qu'ils ont empruntée. Pour voir l'intégralité de cet exposé allez sur http://www.baglis.tv/ame

  • ➩ Peut-on appeler les confréries de métier du XVIème siècle, Franc-maçonnerie ?

    Extrait tiré du site http://www.baglis.tv : Ce second extrait porte principalement sur la question suivante : peut-on appeler les confréries de métier du XVIème siècle, Franc-maçonnerie ? Autant dans l'esprit des franc-maçons eux-mêmes que du grand public, la franc-maçonnerie est entourée de secrets. Ces secrets ont alimenté un certain nombre de suppositions, d'affabulations ou encore de calomnies. Depuis une trentaine d'années, des chercheurs, parmi lesquels : Roger Dachez, André Kervella et Robert Kalbach travaillent sur des faits historiques avérés et les replacent précisément dans leur contexte et leur chronologie. Leur travail, crucial, nous permet d'appréhender avec précision l'histoire de « l'invention de la franc-maçonnerie » : comment cette société initiatique est née, quelles étaient ses visées, qui la composait, bref de dissocier le mythe de la réalité.

  • ➩ Histoire des Francs-maçons : Jean-Baptiste Willermoz et le Rite Ecossais Rectifié
Retour en haut de la page